La mémoire cognitive


Qu'est-ce donc que la mémoire cognitive ?

C'est la mémoire que l'on acquiert par la connaissance, à l'interprétation des événements.
De nombreux psychologues et médecins s'unissent pour tenter de comprendre comment la mémoire des représentations mentales est stockée dans le cerveau. Cette mémoire est spécialement axée sur les phénomènes épisodiques enregistrés par le cerveau. S'inscrit aussi la mémoire sémantique qui correspond au sens que l'on réserve aux choses, à l'interprétation qui est faite d'un événement ou d'un mot.

Trois types de mémoire sont considérés comme étant les principaux :

  • Mémoire sensorielle : toutes les informations issues de nos sens, elles sont très brièvement enregistrées puis très rapidement oubliées. Elle serait d’ailleurs plus liée à la perception.
  • Mémoire courte : toutes les informations traversent l'individu et quelques-unes vont être partiellement mémorisées puis traitées sous forme verbale avant de disparaître à nouveau. D’autres informations retenues pourront être envoyées à la mémoire suivante.
  • Mémoire à long terme : qui est stockée afin de constituer les souvenirs. Elle est une mémoire intuitive.


Est-ce que cette mémoire à long terme est une conséquence de la répétition des événements passés par la mémoire à court terme ?

Des spécialistes pensent que la mémoire à court terme enregistre des milliers d'événements et ne les transmet vers la mémoire à long terme que si ces informations se répètent. Les émotions, la répétition et l'apprentissage favorisent le stockage de la mémoire.

L'expérimentation sur la mémoire continue d'être à l'honneur, les avancées technologiques aident considérablement les chercheurs et les résultats permettent de proposer des solutions nouvelles auprès des personnes sujettes à des troubles de la mémoire. Même dans le cas de lésion cérébrale, les psychologues et les neurologues proposent des techniques de mémorisation virtuelle pour reconstruire une mémoire cohérente.

C'est l'étude de la mémoire longue qui donne le plus d'éléments sur la manière d'intervenir auprès de ces personnes malades.

Les techniques les plus simples sont basées sur la répétition et l'apprentissage. On sollicite alors la mémoire procédurale qui consiste en la répétition de gestes quotidiens comme de faire du vélo, de manger ou se laver...

Les techniques les plus élaborées réclament un effort supplémentaire, comme de faire appel à la mémoire des souvenirs ou celles des émotions pour aboutir à la mémoire déclarative. La verbalisation de ce qui a été vu, senti, entendu ou rappelé sollicite plusieurs parties du cerveau et les oblige à interagir.

On sait à présent que la mémoire est stockée en différents endroits du cerveau, mais on sait aussi qu'une même information peut être stockée en des zones multiples. Dans ce cas, l'information est traitée sous des angles différents. Par exemple, une voiture sert à nous conduire d'un endroit à un autre par la route. Mais une voiture peut aussi m'appartenir ou être la propriété de quelqu'un d'autre. Sa couleur, sa forme et sa marque sont autant de références qui nécessitent des compréhensions diverses. C'est pourquoi le cerveau stocke l'information en différents endroits.