Troubles de la mémoire


Toute maladie y comprise virale peut avoir des conséquences heureusement réversibles sur la mémoire. Dès que le système immunitaire est sollicité pour faire face à la maladie ou si une douleur vient perturber un individu, le ressent immédiatement une diminution de sa concentration. Son cerveau se focalisera davantage sur la maladie ou la douleur, car son but est de nous aider à survivre. Il privilégiera donc ces deux aspects au profit de la mémorisation.

Bien entendu, certaines maladies ciblent le système nerveux et dans ce cas, les conséquences sont bien plus graves encore.

Par exemple, la maladie d'Alzheimer détériore progressivement le cerveau en affectant dans un premier temps la mémoire courte et finalement, la mémoire au long terme.

Certains indices permettent de lever la suspicion ou de la confirmer.

Si vous constatez qu'une personne âgée de votre famille souffre de troubles de la mémoire et l'ignore, il convient de s'en inquiéter. Généralement, on repère de la confusion chez les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Ils répètent souvent la même question, perdent le réflexe de la marche, oublient qui ils sont, leur âge, quand ils doivent manger ou s'habiller...

Cette maladie est évolutive et actuellement on ne connaît aucun traitement pouvant l'arrêter.

Dans le cas de l'artériosclérose qui entraîne le durcissement des artères, l'oxygénation du cerveau devient de plus en plus rare. Cette maladie survient quand le taux de cholestérol et le dépôt de calcium s'accumulent dans la paroi des artères. Le sang peut alors difficilement circuler.

Normalement, cette maladie concerne davantage les personnes qui ont plus de soixante ans. Les risques s'accroissent en cas d'obésité ou d'hypertension artérielle.

Le cerveau ne pouvant pas vivre sans une irrigation régulière et constante, il va de soit, qu'à la diminution de l'oxygène, ses facultés diminuent considérablement entraînant des problèmes irréversibles.

Les tumeurs cérébrales sont aussi des causes importantes de troubles de la mémoire. Les cellules cancérigènes peuvent se multiplier n'importe où dans le cerveau et selon l'endroit, influencer considérablement les troubles associés. Habituellement, ce sont des gliomes qui se forment, une sorte de tumeur qui agit au niveau des cellules gliales. Ces cellules ont pour rôle de nourrir les neurones. Quand la tumeur grossit, elle génère une pression sur une partie du cerveau qui alors manque d'approvisionnement sanguin, c'est alors qu'apparaissent les troubles les plus importants. Si la zone du langage est touchée, le patient peut perdre l'usage de la parole.

On peut ajouter à cette petite liste le syndrome de la fatigue chronique. C'est une maladie dont on ignore encore les causes. On sait seulement que la fatigue est à la fois physique et morale, alors que la personne qui en souffre ne fait pas d'effort particulier pouvant à ce point l'affaiblir. D'ailleurs, le repos ne modifie en rien cette sensation de fatigue. Cette fatigue affecte particulièrement la concentration et donc la mémoire.

Les autres raisons souvent évoquées pour la perte de mémoire concernent la prise de certains médicaments comme les anti-anxiolytiques, les antidépresseurs et les somnifères.